Faut-il une assurance habitation pour louer un gîte ?

Faut-il une assurance habitation pour louer un gîte ?

Cette année, vous avez fait le choix de passer vos vacances dans un gîte plutôt que dans une chambre d'hôtel 5 étoiles. Vous avez tout prévu à cet effet, mais il reste un détail à régler : l'assurance. En tant que locataire, vous devez certainement vous demander si pour louer un gîte, vous devez aussi avoir en votre possession une attestation d'assurance.

Faut-il assurer un gîte de vacances ?

Vous pouvez partir en vacances la conscience tranquille, car la location d'un gîte est très différente de celle d'un appartement vide. Le style est un peu semblable à la location en meublé. En effet, il revient au propriétaire du gîte d'assurer son bien pour les dommages, en l'occurrence une assurance destinée aux locataires. Ainsi en louant un gîte, vous serez automatiquement couvert pour :

  • le vol
  • l'incendie
  • le dégât des eaux
  • l'explosion
  • les tempêtes
  • les catastrophes naturelles
  • les attentats

Aucune attestation d'assurance




ne vous sera exigée. Par ailleurs, puisque l'assurance est un argument marketing de poids, le propriétaire du gîte peut souscrire également à des garanties supplémentaires tels que :

  • La garantie annulation de location
  • La couverture facture impayée
  • La garantie sécurité alimentaire des clients.

Quelle assurance souscrire pour signer un bail ?

L'assurance habitation est indispensable pour le locataire, mais tout à fait optionnelle pour le bailleur. La loi n'oblige pas le propriétaire à assurer son bien immobilier. Toutefois, il lui est vivement conseillé de s'assurer pour les accidents engageant sa responsabilité civile. De tels évènements ne sont pas d'ailleurs rares : vices de construction, défaut d'entretien ou troubles de jouissance, etc. Si le chien du propriétaire mord le locataire, sa responsabilité civile sera aussi retenue.

Différents produits ont vocation à couvrir le propriétaire occupant : l'assurance multirisque habitation, la GRL garantie des risques locatifs ou encore l'assurance loyers impayés. À noter qu'en cas de copropriété, le propriétaire doit d'abord vérifier la couverture de l'assurance du syndic, si cela couvre seulement les parties communes ou l'ensemble de l'immeuble.

Quant au locataire, pour signer un bail, la loi lui oblige de contracter une assurance habitation. Bien sûr, rien ne l'empêche de souscrire des garanties dont il est le bénéficiaire : MRH ou assurance responsabilité civile seule.

Un bail est-il nécessaire pour souscrire une assurance habitation ?

Si vous êtes propriétaire, deux choix s'offrent à vous : soit de contracter une assurance habitation pour le compte de vos clients locataires, soit d'exiger une assurance habitation à vos clients avant la signature de chaque bail.

Dans le premier cas, vous avez le choix d'inclure la cotisation d'assurance dans le loyer et de faire un avenant à chaque changement de locataire. Dans le deuxième, vous ne souscrivez rien, mais exigez à chaque locataire entrant une assurance habitation. Néanmoins, notez que dans ce cas, le bien est à découvert durant les périodes d'inhabitation. Voilà pourquoi, il est judicieux de toujours contracter une assurance habitation pour couvrir ses biens personnels, mais aussi sa responsabilité civile.

Nos articles